Facebook twitter linkedina.vaillancourt@vstrategies.ca| Sans frais : 1-855-930-2586
Local : 418-930-2586
09
MAR
2015

Besoin d’un consultant, d’un coach ou d’un mentor?

Publié par :
Commentaires : 0

S’il y a un avantage à cumuler les années, c’est au niveau du mentorat. La crédibilité s’acquiert avec le temps et le partage des expériences fait partie du mentorat. Les techniques de coaching d’une école reconnue par l’ICF menant à la certification de coach professionnel sont essentielles et je suis devenu un meilleur coach grâce à cet investissement. Mais l’expérience ne s’achète pas…Je suis donc mentor pour partager mon expérience et me permets lors de sessions de coaching d’être aussi mentor au besoin!

Je passerai donc bientôt l’examen de l’ICF ayant cumulé les heures de coaching requises. J’ai de la difficulté avec les coachs qui exercent sans formation de coach avec leur savoir-faire… Je vous recommande fortement de prendre la formation! Vous comprendrez la pertinence de la suivre pendant et après celle-ci. La profession est en demande et est davantage reconnue après toutes ces années d’existence. Les 125 heures de formation et les dizaines d’heures de pratique encadrent la profession. Il n’y a pas de place pour l’improvisation dans ce contexte et un code d’éthique encadre la pratique.

Il ne faut pas confondre le coaching et la consultation! Le savoir-faire appartient aux consultants et comme je suis aussi consultant en plus d’être coach et mentor, ça demande de savoir cerner l’approche idéale dans mes interventions.

Mes mandats commencent souvent par une relation de coach ou de mentor qui souvent permet de comprendre que des outils dans le savoir-faire seraient importants d’être enseignés. Savoir reconnaître la meilleure façon de faire avancer mes coachés de façon durable est un atout quand ceux-ci réalisent par eux-mêmes ce qui leur manque vraiment pour atteindre leurs objectifs.

Vous embauchez un formateur et un consultant lorsque des améliorations doivent être apportées au niveau technique et au niveau des connaissances. Ceux-ci vont transmettre leur science et à vous de les intégrer. Le consultant peut accompagner son client dans l’intégration de ces techniques sans problèmes ou prendre la place dans le relais de la transition des compétences.

Sa science s’arrête là! Sans formation de coach professionnel, le formateur ou consultant improvisera du mieux qu’il peut pour faire en sorte que ça marche à long terme…Comment faire si certains blocages existent, mais ne sont pas avoués empêchant la progression du coaché? Y a-t-il des peurs ou des valeurs profondes qui sont à l’origine des actions et comportements à corriger? Le coaching professionnel reconnu par l’International Coach Federation et régie par un code d’éthique demande de maîtriser 11 compétences essentielles en vue d’obtenir une certification reconnue de ses compétences, soit ACC, PCC ou MCC selon le nombre d’heures enregistrées.

L’intégration dans le savoir-faire et dans le savoir-être sont souvent indissociable, mais seul le coach professionnel est efficace et compétent dans le développement du savoir-être.

Certains ont une bonne base de ses aptitudes sans avoir suivi de formation, mais celles-ci vient amplifier et confirmer un talent inné ou acquis au coaching.

Ceci dit l’intégration de nouvelles aptitudes passe par le vrai coaching qui permettra des changements durables. Acquérir de nouvelles techniques est important au besoin, mais sachez reconnaître le type d’accompagnement que vous aurez besoin… pour un meilleur savoir-faire ou savoir-être? Vos commentaires sont les bienvenus…

Vous voulez en discuter ou avez besoin d’un coup de main? Contact  Infolettre

Alain Vaillancourt BAA, ACC

Coach d’affaires certifié, Formateur et Recruteur

Accélérateur de croissance des ventes

 

Laisser une réponse

*