Les médias sociaux et le développement des affaires sont aujourd’hui un duo incontournable pour affiner le développement des affaires. C’est un sujet que j’aborde à chaque année lors des petits-déjeuners du Cercle des directeurs des ventes de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Québec que j’ai toujours le plaisir d’animer depuis plus de 20 ans.

Au fil du temps, une évolution des TI a amené le phénomène du P2P (People to people) et cette tendance va continuer à s’accroître. Un constat clair pour moi.

Je me souviens de la fin des années 80 lors de mon passage chez Cantel, maintenant appelé Rogers, que nous annoncions à cette époque, alors que le téléphone cellulaire portable ( de poche) n’existait pas encore, qu’un jour, tout le monde aurait son téléphone portatif et que nous aurions tous des numéros personnels. Il y avait des sceptiques…On deviendrait des nomades électroniques, le sujet d’une conférence que je prononçais où j’affirmais ce que je viens d’écrire…Aujourd’hui personne ne peut se passer de son foutu téléphone à en devenir accroc!!

Ce même phénomène prend vie avec les réseaux sociaux, car un jour où l’autre, tout le monde aura son compte Facebook, Twitter ou LinkedIn. C’est donc un incontournable!

Une de mes collègues et amies, Sonia Bouchard, consultante et formatrice en réseaux sociaux, dont vous trouverez les coordonnées plus bas, fut invitée à se joindre au groupe du CDV pour échanger à ce sujet. Elle a su par ses interventions enrichir les échanges entre les membres. Elle a permis de nous faire prendre conscience que la plateforme LinkedIn, si bien utilisée, devient un très bon outil de développement des affaires. Facebook avec une page entreprise peut amener son lot de clients… à condition d’animer sa présence. L’animation serait l’enjeu…Je dois m’y mettre!

Il faut donc mettre de l’énergie pour s’afficher, se faire remarquer pour ensuite être reconnu comme une référence de son marché. C’est la recette que nous n’avons pas! Le gâteau ne peut pas prendre sans plusieurs ingrédients.

La majorité des directeurs présents n’étaient pas très actifs( 80%) sur les réseaux sociaux. Rien de surprenant pour Sonia qui démontre bien l’intérêt de savoir rendre cette plateforme rentable. « Nous sommes en retard dans l’adoption de ces plateformes au Québec », dit-elle… comme nous l’étions aussi en 1990 quand on comparait les Canadiens anglais et les Américains au niveau du  pourcentage d’adoption de la technologie sans fil. On est plus traditionalistes au Québec…

Alors, comment rejoindre son audience si la majorité de nos prospects n’y sont pas actifs ou vraiment présents?

La stratégie « push » fonctionne, mais est plus ardue aujourd’hui. On constate que la génération montante de dirigeants nous trouve si un besoin se fait sentir et nous choisisse si effectivement ces gens d’affaires sont persuadés qu’on devrait faire partie des fournisseurs potentiels. Faire travailler sa communauté qui s’occupera de vous référencer fait partie de la stratégie.

Alors tout est dans la stratégie! Est-ce que ce n’est pas là le problème pour la majorité des gens inactifs sur les réseaux sociaux ou qui n’ont pas su optimiser leur site Web? Prendre conscience qu’une stratégie à ce niveau est fondamentale!

Il y a une recette qui fonctionne et vous pouvez rejoindre Sonia au www.soniabouchard.ca pour la découvrir. Je vous la recommande!

Vous voulez en discuter ou avez besoin d’un coup de main? Contact  Infolettre

Alain Vaillancourt ACC

Coach d’affaires certifié, Formateur et Recruteur

Accélérateur de croissance des ventes

et de développement de leaders