J’ai eu l’opportunité  de côtoyer quelques entrepreneurs lors d’un mandat à l’École d’Entrepreneurship de Beauce. Un de ceux-ci m’a interpellé sur un livre qui avait changé sa vie d’entrepreneur et pour le mieux.

Ce livre intitulé  “Value Proposition Design: How to Create Products and Services Customers Want” d’Alexander Osterwalder , permet de définir son modèle d’affaires lorsqu’on désire se lancer en affaires ou redéfinir son modèle quand on se questionne sur la pertinence de celui-ci.

Je me suis intéressé à ce livre vu son enthousiasme à m’en parler. Il souhaitait que l’EEB intègre l’enseignement de cette méthode au programme d’enseignement. Plusieurs écoles l’ont intégré dans leur programme dont l’École d’Entrepreneuriat de Québec. Des incubateurs d’entreprises utilisent aussi le napperon de 9 cases à remplir qu’est le visuel de la méthode qui a connu quelques variantes depuis 2010.

Ash Mauria, entrepreneur et auteur des livres « Running lean » et « Scaling Lean » l’a adapté et appelé Lean Canvas. Ce modèle s’adresse aux entreprises en démarrage qui veulent développer un produit qui DOIT régler un ou des problèmes dans le marché. Être unique dans sa proposition de valeur prend son sens à court terme et à long terme si ce produit demeure unique.

Alors que plusieurs voient cette méthode de réflexion que pour les entreprises en démarrage, j’ai compris que les entreprises qui ont « du millage » peuvent y trouver leur bénéfice à se remettre en question. C’est ce que l’entrepreneur de l’école a fait. Il a tout remis en question. Ce fut une belle occasion pour lui de repartir pour mieux rebondir !

Ce qui était un modèle d’affaires viable il y a 20 ans ne l’est peut-être plus aujourd’hui !

J’ai compris que ça pouvait être une occasion à saisir pour l’enseigner, ce que j’ai fait à l’École d’Entrepreneuriat de Québec. Je suis passé du modèle d’Ash Mauria, à celui d’Alexander Osterwalder.  J’ai aussi enseigné «  La proposition de valeur » qui est le cœur du modèle d’affaires du Business model canvas.

Vous devinerez que ces deux formations arrivent au tout début du programme, car elles sont fondamentales pour la suite du développement de l’entreprise. Il vaut mieux partir avec un modèle d’affaires solide et se remettre en question avant d’aller plus loin.

Faire son plan d’affaires basé sur un modèle d’affaires qui n’a pas de sens, ne tiendra pas la route!

J’anime des  « SWOT analysis » à l’occasion pour certains clients en vue de réaliser leur planification stratégique. Ces sessions permettent de réfléchir sur son entreprise dans l’environnement concurrentiel en perpétuel changement.

Une fois cet exercice effectué et avant de faire le plan d’action, l’exercice de définir ou redéfinir son modèle d’affaires peut être tout à fait indiqué si le SWOT révèle qu’on doit le revoir.

Se remettre en question est très sain dans un environnement concurrentiel en perpétuel changement

Je vous encourage à faire cet exercice,  idéalement accompagné d’un coach, qui en plus de l’animer, vous

« challengera » dans vos réflexions.

Vous avez le goût de faire cet exercice pour repartir votre nouvelle année financière? Vous voulez sortir de la forêt parfois trop dense pour voir clair? Vous voulez vous élever, sortir des opérations journalières et comprendre ce qui a du sens pour l’entreprise, vos collègues et pour vous? Je vous encourage à prendre cette pause, une fois par année, pour réaliser ce que vous souhaitez vraiment devenir comme entrepreneur dans votre entreprise.

Vous souhaitez que je vous accompagne dans cette réflexion en atelier que j’appelle «  Réfléchir pour mieux repartir » lors d’un SWOT, d’un lac à l’épaule ou pour exécuter le canevas de votre modèle d’affaires, contactez-moi! Contact

Abonnement à mon infolettre  INFOLETTRE

Alain Vaillancourt PCC

Coach d’affaires certifié

Accélérateur de croissance des ventes

et de développement de leaders